Journées d'études 2015

Jeudi 23 & vendredi 24 mai 2019

Ados.com : le goût du risque, jusqu’où et comment le contenir ?

Téléchargements

Téléchargez la plaquetteInscription en ligneTéléchargez le bulletin d’inscriptionNous contacter

Ados.com : le goût du risque, jusqu’où et comment le contenir ?

Baignés dès leur naissance dans l’univers des écrans et des nouvelles technologies, les adolescents d’aujourd’hui sont bien des hypermodernes comme l’affirment les sociologues. Ils naviguent avec aisance sur l’océan internet où l’intuitivité semble rendre l’expérience facultative. Les réseaux sociaux constituent leur première source d’information et de communication, tandis que les séries, les vidéos en streaming et les jeux en ligne représentent pour eux une source inépuisable d’occupations et de distractions.
Ces outils interactifs et hyper-réactifs de communication reliés sur la toile peuvent aussi être source de souffrances chez les adolescents. Les écrans génèrent des addictions, des malhabiletés relationnelles voire des isolements affectifs. Les réseaux sociaux, lieu d’extime, où s’affichent pêle-mêle intime et rumeurs peuvent conduire les adolescents les plus fragiles à l’irréparable. Beaucoup de sorties hors de la vue des adultes se pratiquent depuis leur chambre, via leur 
« fenêtre numérique ». Ils y goûtent aux fréquentations de sites interdits, aux rencontres hasardeuses et aux expositions à risques, souvent convaincus d’en maîtriser l’anonymat, les ressorts addictogènes et les conséquences dans le monde réel. Cette vie, aux limites parfois confuses entre numérique et réel, est source de difficultés d’adaptation parfois graves au sein des familles et les parents s’interrogent sur la régulation qu’ils doivent opérer auprès de leurs enfants. Les interactions intrafamiliales sont impactées par les écrans de toutes les générations qui vivent ensemble et l’éducation des enfants est un enjeu où les uns et les autres peuvent se perdre quand les jeux virtuels interdisent un processus de co-construction de la réalité dans laquelle ils sont néanmoins contraints de vivre.

Il a toujours été illusoire de penser que les nouveaux outils mis à disposition de l’humanité ne seraient pas employés par les générations montantes. Nous, professionnels de l’accompagnement médico-psycho-social construits dans le post-modernisme, sommes en demeure d’intégrer internet et ses dérivés dans nos façons d’entrer en relation avec la souffrance des adolescents d’aujourd’hui. Nous devons travailler avec ces outils médiateurs des échanges avec les ados. Ils offrent des supports qu’ils connaissent bien et qui permettent de leur poser les bonnes questions auxquelles ils ont le loisir de répondre au moment qu’ils choisissent, ce qui facilitent la construction d’une relation de confiance avec eux.